1-855- JE FUGUE1-844-840-8519 | (819) 840-8519 info@fondationcedrika.org

Nouvelle / News / Noticias

LA FUGUE décortiquée

LaFugueDecortiquee en PDF
Ce que nous vous présentons aujourd’hui comme exemple de ZINE c’est une approche bien spéciale de la fugue dont on ne parle jamais ou très peu.

Il faut comprendre que la décision de fuguer ne surgit pas tout a coup. On ne se réveille pas un beau matin en se disant aujourd’hui je fugue.

Nous savons pertinemment bien que le processus de la fugue ne dépend pas que du fugueur. C’est tout un ensemble de situations et de conditions qui prend racine lentement dans un terreau fertile, d’où le trop plein. Les principaux éléments communs qui conduisent à la fugue sont entre autres, un mal-être intérieur, l’inconfort du milieu, l’absence ou la perte d’un sentiment d’appartenance, l’isolement, une mauvaise perception de soi, une compréhension faussée des intentions de l’autre, la tendance à se recroqueviller sur soi, la facilité de se percevoir comme victime de tout et de rien. De là, émane la fugue qui semble alors l’unique porte de sortie pour échapper à l’incompréhension du milieu souvent perçu comme hostile et sans autre issue possible.

Survient fréquemment un élément externe qui dit vous comprendre et vous incite à quitter votre milieu espérant prendre plus facilement le contrôle sur vous et vous offrir ce sentiment d’appartenance à un nouveau groupe d’amis qui vous redonne confiance et vous valorise. Lorsque vous vous rendez compte de la situation il est souvent trop tard et vous voilà dans un groupe criminalisé, impossible de vous en dégagé sans de lourdes conséquences. Vous voilà pris dans l’industrie de la drogue, du sexe ou de la pornographie.

Durant la période de l’adolescence il y a incompréhension de soi, la remise en question de presque tout ce qui nous a été enseigné jusqu’à maintenant, le profond désir de forger notre propre identité et notre propre personnalité et de prendre nos propres décisions. Les profonds changements qui s’effectuent chez l’ado fait également en sorte que l’entourage a peine aussi à le reconnaitre et à le comprendre. Comme des étrangers, il faut laisser le temps pour s’adapter et s’apprivoiser, mieux se comprendre en échangeant nos idées, en expliquant de part et d’autre ce que nous ressentons.

Évidemment que l’ado peut se sentir totalement incompris et que la seule issue pour lui est de rompre avec son milieu et de prendre son envol en quittant le nid devenu inconfortable et presque étranger.
L’attrait de la liberté est plus fort que les liens familiaux et l’espoir d’une vie meilleure supplante l’environnement devenu terne, ennuyeux et parfois malsain.

Les 4 zines que nous présentons aujourd’hui sont inter reliés de façon à former un tout.
La fugue est morcelée afin de démontrer la perception, la vision particulière et la réflexion qu’elle provoque chez la fugueuse, sa meilleure amie, sa mère et un voisin apprécié.
La lecture de l’un des zines provoque instantanément l’envie folle de connaître la perception et la réaction chez chacun des proches.

Nous croyons que le fait de décrire la réflexion, la perception, les sentiments et la réaction de la fugueuse et ses proches et le rôle inconscient dans le processus du déclenchement de la fugue, permettra de prendre conscience que l’ados n’est pas seul responsable et que d’une manière ou d’une autre, même si c’est à son insu, l’entourage contribue et est touché par la fugue.
Démystifier la fugue fera peut-être comprendre l’importance du rôle de chacun dans ce processus subtil qui s’installe sournoisement.

Souhaitons que « l’envol en quatre temps » permettra d’envisager l’éventualité pour un ado, de quitter le nid familial sereinement, avec amour et compréhension sans provoquer de rupture définitive des liens familiaux, au lieu de s’évader ou de se jeter hors du nid au risque d’en subir de lourdes conséquences.

La Fondation Cédrika Provencher considère que la fugue doit être examinée très sérieusement puisqu’elle se termine fréquemment par un enlèvement déguisé. En ce sens, la fugueuse ou le fugueur est approché subtilement puis souvent retenu de force, après avoir été attiré dans les filets de personnes malveillantes. Un piège dont il ne peut plus ou difficilement se libérer avec parfois des conséquences désastreuses.
Réfléchissons ensemble pour comprendre davantage la fugue pour ensuite passer rapidement en mode action pour mieux protéger nos ados et leur offrir le meilleur.

Si tu fugues, compose le: 1.855 JE FUGUE, (1.855.533.8483)
C’est simple, dis ton nom, l’endroit d’où tu viens et « je fugue »; c’est tout.
Tu permettras d’agir plus rapidement pour sauver un enfant des griffes d’un prédateur.